top of page
047141_038.jpg

Intouchable Lazzat


Où va-t-il s’arrêter ? En ce début d'année, Lazzat (Territories) est à l’image de son entraîneur, Jérôme Reynier… intouchable ! Sur la ligne droite de Deauville, l’élève et représentant de Sumbe passait un test, un test grandeur nature. Mais cette course n'aura finalement été qu’une formalité, une de plus pour un poulain qui demeure invaincu pour sa quatrième tentative. Lazzat prend désormais rendez-vous avec le Prix Paul de Moussac ou les Jersey Stakes (Grs3). Installé en tête à la sortie des stalles, Lazzat a emmené en pleine piste un wagon également composé de Devil’s Point (New Bay), Tortisambert (Sioux Nation) et Keran KK (Blue Point). Restés côté corde, Skylight Brochard (Mehmas), Gentleman Beauty (Masar) et Megarry (Inns of Court) n’ont jamais pu figurer. Accélérant en progression à 500m de l’arrivée, Lazzat a rapidement pris du champ sur Keran. Nettement détaché, il s’est mis à pencher quelque peu, voulant certainement attendre ses camarades. Mais il était bien le meilleur. Sans trembler, Lazzat l’emporte de deux longueurs et demie. Resté en pleine piste, Keran a bien prolongé son effort pour conserver la deuxième place aux dépens de Devil’s Point, troisième à cinq longueurs. Pour son retour sur le gazon, Megarry court en progrès, échouant au pied du podium. Encore plus loin,

Tortisambert se classe cinquième.



Il ne sera pas rallongé

Quatre courses, quatre victoires pour Lazzat. Ses trois premiers titres, il les a remportés avec – en moyenne – plus de 4,5 longueurs sur ses rivaux. Mardi, face à une opposition plus relevée, l’écart s’est logiquement réduit mais le poulain s’est cependant imposé avec une confortable marge. Il s'agit du deuxième succès black type de sa carrière après le Prix de la Californie (L). Jérôme Reynier, quant à lui, en est déjà à sa sixième victoire black type cette année : « C’est super ! Je savais qu’il allait prendre de la vitesse au fil des courses et qu’il ne fallait surtout pas le rallonger. Il a beau- coup de vitesse, c’est pour cela que je pense que nous allons courir le Prix Paul de Moussac ou les Jersey Stakes (Grs3). Il faut le garder dans un rythme de course assez élevé car, s’il venait à être contrarié, il pourrait alors mal s’oxygéner. Puis, je ne veux pas qu’il aille tout le temps devant. J’espère qu’il finira par avoir un cheval qui puisse l’emmener. Il n’est pas impossible qu’il ait un leader à l’avenir également. Je suis également ravi pour son jockey, Antonio Orani, qui remporte son premier Groupe en France. » L’entraîneur marseillais n’arrivait pas les mains vides à Deauville. Dans sa poche, il avait un objet fétiche qu’il a accepté de nous montrer : « C’est un dessin que ma fille m’avait fait avant d’aller à Dubaï.

C’est un peu mon porte-bonheur (rires). »


(...)


Le neuvième de Territories, le premier d’Australia

L’élevage de Nurlan Bizakov connaît un début de saison exceptionnel en France cette année, avec 42 % de gagnants par partant ! Élevé par son propriétaire, Lazzat est un fils de Territories (Invincible Spirit), étalon de Darley. Il fait la monte à 10.000 £ à Dalham Hall Stud depuis quatre ans. En 2023, la moyenne de ses yearlings a été de 30.368 €. Lui-même n’a jamais dépassé le mile en compétition et la distance moyenne des victoires de sa production est de 1.585m. Mais certains de ses produits ont été en mesure d’aller sur plus long, à l’image de Rougir (E.P. Taylor Stakes & Prix de l'Opéra, Grs1) et de Hoo ya Mal (deuxième du Derby, Gr1). Lazzat est le neuvième gagnant de Groupe de son père. Avec 10,1 % de black types par partant, Territories fait partie, selon ce critère, du quatuor de tête des étalons de cinquième génération en Europe derrière Mehmas (15 %), New Bay (11,9 %) et Isfahan (11,9 %). Lazzat est le premier gagnant de Groupe d’Australia (Galileo) en père de mère.


Sa mère montrait de la classe

Sa mère, Lastochka (Australia), a remporté un maiden sur 1.600m à Kempton, au mois d'octobre de ses 2 ans, laissant entrevoir d’importants moyens. Envisagée dans les classiques, elle a couru une préparatoire, terminant cinquième. Elle s’est classée quatrième – bien battue – au niveau Listed à Newbury, à 3ans, face à des pouliches de Groupe. Elle s'est accidentée, et cette tentative au niveau black type fut sa dernière sortie publique. Lazzat est le premier produit de la poulinière, qui a également donné une yearling issue de Golden Horde (Lethal Force). Elle a

été saillie par Lope de Vega (Shamardal) en 2024.



Tout remonte à un achat à Keeneland

La deuxième mère, Lashyn (Mr Greeley), fut l’une des premières juments achetées par Nurlan Bizakov. Elle avait coûté 625.000 $ lorsqu’elle était yearling à Keeneland où l’éleveur avait aussi acquis Albanka (sa petite-fille Alakai est engagée dans le Prix Cléopâtre, Gr3). Ces deux achats portaient le sang de Chief Singer (Ballad Rock). Confiée à Sir Michael Stoute, Lashyn a gagné son maiden sur la P.S.F. de Lingfield et sur 2.000m, au mois de mai de ses 3ans. Son entourage nous a confié qu’elle montrait plus de qualité que ne l’indique son palmarès et Nurlan Bizakov, qui l’aimait bien, a souhaité lui donner sa chance au haras. Trois de ses quatre produits ont gagné, dont Lankaran (Kendargent), lauréat de deux épreuves sur 1.600m et 1.700m en Angleterre. Mais Lashyn avait aussi donné un cheval prometteur, déjà chez Jérôme Reynier, avec le 2 ans Lazym (Kodiac), quatrième du Prix du Coq Chantant de Beauvatier KK (Lope de Vega). Une épreuve dont il faisait partie des favoris sur la foi de ses bons travaux. Lazzat est le seul black type sur deux générations. Mais la troisième mère, Sleepytime (Royal Academy), a gagné les 1.000 Guinées (Gr1). On lui doit six black types, dont Gentlemen's Deal (Danehill), lauréat du Winter Derby (Gr3), et Hathal (Speightstown), qui remporta le Superior Mile (Gr3).

Comments


bottom of page