top of page
047141_038.jpg

Lazzat de plus en plus impressionnant


Comme attendu, nous n'avons vu que lui !

Pour la troisième fois de suite, Lazzat (Territories) s’est envolé dans la ligne droite de Cagnes. Totalement déclassé, il offre le plus beau des cadeaux d'anniversaire à son éleveur et propriétaire, Nurlan Bizakov. Jérôme Reynier voit en lui un poulain pour le Prix Djebel (Gr3) !

Logiquement parti couru (2/10), Lazzat est bien sorti de sa stalle. Il est rapidement venu se placer à la hanche de l’animatrice, Rose Academy (Zelzal). Et le moins que l’on puisse écrire, c’est que nous avons assisté à une véritable course… rythmée ! Antonio Orani avait marché sur la piste avant le début de la réunion en compagnie de Jérôme Reynier. À l’entrée de la phase finale, le pilote de Lazzat a pris l’option d’évoluer à l’extérieur de la piste. Avec une grande facilité et sans être vraiment sollicité, Lazzat s’impose de quatre longueurs et demie, l’écart à l’arrivée ne reflétant pas réellement sa supériorité. Derrière lui, Un Instant (Le Havre), qui venait de remporter un handicap cagnois, s’empare de la deuxième place. Bon finisseur en pleine piste, Cambacérès (Wootton Bassett) parvient à arracher la troisième place, cinq longueurs plus loin.

La castration l'a transformé

Lauréat du Prix de Fabron (Inédits), le 21 janvier, et ensuite du Prix Joseph Collignon (Classe 1), le 5 février, Lazzat n’a encore jamais eu à lutter. Il a un gros moteur, beaucoup de vitesse et surtout du talent. Jérôme Reynier, son entraîneur, nous a confié : « Je pense qu’il est encore perfectible.

Sur une piste un peu plus homogène et sur du bon terrain, il ne sera que meilleur. Nous pouvons avoir des ambitions semi-classiques avec lui [car il est hongre, ndlr]. Le Djebel, en fonction des conditions de terrain, peut être une option. Cela lui laisserait une pause d’environ un mois et demi entre les deux courses. J’espère qu’il va pouvoir s’étoffer un petit peu durant cette coupure. Cela va être enthousiasmant au printemps. Certes, Lazzat est castré mais ce n’est pas plus mal, car cela évite de lui infliger un combat difficile sur des terrains rapides qui servent à préparer les classiques. Lui pourra sûrement éviter cela. En tout cas, plus il court, plus il prend de la vitesse. C’est un vrai athlète. J’ai hâte de le voir au niveau supérieur. Lazzat est gérable et maniable. À l’avenir, il faudra peut-être qu’on lui apprenne à courir derrière un autre cheval afin de préserver au mieux sa pointe de vitesse. Lorsqu’il était entier, Lazzat était difficilement gérable. Il avait beaucoup de personnalité. Physiquement, il était un peu lourd également. Depuis, son mental est bien mieux aussi. Il est transformé. Entier, nous n’aurions jamais pu en faire ce qu’il est devenu aujourd’hui. »


Aurait-il couru si la Californie se disputait encore sur le sable ?

Était-il volontaire de débuter Lazzat sur le gazon de Cagnes-sur-Mer pour viser ensuite le Prix de la Californie,qui se disputait depuis cette année sur l’herbe et non sur la P.S.F ? À cette question, l'entraîneur répond : « Je pense qu’il aurait été encore plus impressionnant sur le sable. Ce n’était donc pas volontaire. Une piste synthétique avec un rythme de course plus élevé, cela lui correspondrait encore mieux. Cette année, l’hiver n’a pas été trop pluvieux. La piste en gazon a donc pu tenir jusqu’au bout. En revanche, c’est dommage qu’il ait autant plu lors de la dernière belle réunion du meeting. »


La renaissance de la souche de Sleepytime

Élevé par son propriétaire, Lazzat est un fils de Territories (Invincible Spirit), étalon de Darley. Sa mère, Lastochka (Australia), a remporté un maiden sur 1.600m à Kempton, au mois d'octobre de ses 2ans, et elle s’est également classée quatrième – bien battue – au niveau Listed à Newbury, à 3ans. Cette tentative au niveau black type fut sa dernière sortie publique. Lazzat est le premier produit de la poulinière, qui a également donné une yearling issue de Golden Horde (Lethal Force). Sous la deuxième mère, on retrouve notamment Lankaran (Kendargent), lauréat de deux épreuves sur 1.600m et 1.700m en Angleterre. Lazzat est le seul black type sur deux générations.

Mais la troisième mère, Sleepytime (Royal Academy), a gagné les 1.000 Guinées (Gr1). On lui doit six black types, dont Gentlemen's Deal (Danehill), lauréat du Winter Derby (Gr3), et Hathal (Speightstown), qui remporta le Superior Mile (Gr3).


JDG 26/02/2024

Comments


bottom of page