top of page
047141_038.jpg

Lazzat s'ouvre des options anglaises... et australiennes



Lazzat (Territories) a eu à lutter pour la première fois de sa jeune carrière dans le Prix Paul de Moussac (Gr3). Et le représentant de Nurlan Bizakov a répondu présent, gagnant son ticket pour une campagne sous le signe de l’international, qui pourrait l’emmener à Glorious Goodwood puis à Sydney.


Lazym (Kodiac), leader de Lazzat, a bien fait son travail. Il a mené à un rythme régulier sans être trop soutenu, et a montré le chemin à son camarade de couleurs et d’entraînement, monté par Antonio Orani et vu à son extérieur. Le rythme n’a pas été effréné et certains concurrents ont d’ailleurs été brillants, dont Roshvar (Siyouni) et surtout Puchkine (Starspangledbanner). À l’entrée de la longue ligne droite, Lazzat allait très facilement. À 400m, il a placé son accélération puis a bien soutenu son effort, repoussant jusqu’au bout l’attaque de Havana Cigar KK (Havana Grey), s’imposant d’une courte encolure. Vu en seconde partie de peloton, Sajir KK (Make Believe) a bien fini pour se classer troisième à deux longueurs.


Les Lennox et peut-être le Golden

Eagle Lazzat ne va pas aller sur le Haras d’Étreham Prix Jean Prat (Gr1) puisque la course est fermée aux hongres. Les options "immédiates" se trouvent en Grande-Bretagne, où il aurait d’ailleurs pu aller courir les Jersey Stakes (Gr3) sur 1.400m à Royal Ascot, mais son entourage a préféré le Prix Paul de Moussac, à domicile et avec les primes. Lazzat a encore tout le temps de voyager et cela devrait arriver rapidement.

Jérôme Reynier nous a dit : « Il y a plusieurs options. L’une pourrait être d’aller à Goodwood pour les Lennox Stakes (Gr2, 1.400m). Il y a aussi les Sussex mais, pour Lazzat, nous penchons plutôt pour les Lennox ; les Sussex sont plutôt pour Facteur Cheval. Le Jean Prat lui est fermé puisqu’il est hongre, ce que je regrette, mais il y a l’option du Maurice de Gheest (Gr1) si nous restons en France. D’un côté, je l’ai adoré sur la ligne droite à Deauville. De l’autre, dans le Maurice de Gheest, il tomberait sur des sprinters plus endurcis. L’idée est, éventuellement, d’aller sur le Golden Eagle [course à conditions avec 10 millions de dollars australiens sur 1.500m, le 2 novembre, ndlr] Si nous définissons cela comme objectif, il faudra prendre en compte, dans l’établissement du programme, les deux semaines de quarantaine à Newmarket, puis les deux semaines de quarantaine à Sydney. Nurlan Bizakov m’a dit qu’il adorerait aller en Australie mais qu’il n’irait que s’il avait un partant… Et cela ne me dérangerait pas de l’accompagner (rires) ! Nous avons donc discuté de quel cheval pourrait avoir le profil pour. Lazzat correspond : les 1.500m en Australie lui iraient, je pense qu’il est un vrai flyer et il aurait un avantage au poids par rapport aux 4ans de l'hémisphère Sud. Il voyage "comme un meuble", a vraiment un excellent mental. Sur le profil, j’ai tendance à le comparer à Facteur Cheval mais, si l’on regarde la carrière de l’un et de l’autre à ce stade, il est en avance sur lui. »



Il apprend et a encore de la marge

Lazzat n’avait pas couru depuis sa facile victoire dans le Prix Djebel (Gr3), et dans le rond, il est apparu très fit. Jérôme Reynier continue de façonner son poulain qui, selon lui, devrait encore progresser sur cette sortie : « C’est incroyable de le voir conserver son invincibilité et je pense qu’il a encore de la marge. Nous l’avons débuté à Cagnes car nous souhaitions lui donner des tâches faciles pour son début de carrière. Il partait courir, rentrait le soir et il n’avait pas eu à lutter fort. Ensuite, à Deauville dans le Prix Djebel, il a confirmé en ligne droite. Lazzat a l’aptitude au souple et il s’est très bien sorti du terrain lourd, sur une piste neuve. Je ne suis pas certain qu’un lourd de fin de saison soit sa tasse de thé.

Aujourd’hui, il découvrait une piste rapide et évoluait corde à droite. Il est capable de bien faire sur tout type de parcours et tout type de terrain ! Je crois que cette course va lui faire du bien dans le sens où il a eu à lutter pour la première fois. De plus, nous lui avions mis un leader afin qu’il ne se retrouve pas à mener encore une fois, ce qu’il aurait certainement dû faire si Lazym n’était pas là. D’ailleurs, Frédéric Corallo a très bien monté, allant à un rythme régulier sans non plus aller trop vite et ainsi aider les attentistes. Ce qui m’a aussi plu, c'est qu'après le poteau, il ne s’est pas arrêté net et a poursuivi son effort. C’est de bon augure


Le neuvième de Territories, le premier d’Australia

Élevé par son propriétaire, Lazzat est un fils de Territories (Invincible Spirit), étalon de Darley. Il fait la monte à 10.000 £ à Dalham Hall Stud depuis quatre ans. En 2023, la moyenne de ses yearlings a été de 30.368 €. Lui-même n’a jamais dépassé le mile en compétition et la distance moyenne des victoires de sa production est de 1.585m. Mais certains de ses produits ont été en mesure d’aller sur plus long, à l’image de Rougir (E.P. Taylor Stakes & Prix de l'Opéra, Grs1) et de Hoo ya Mal (deuxième du Derby, Gr1). Sa mère, Lastochka (Australia), a remporté un maiden sur 1.600m à Kempton, au mois d'octobre de ses 2 ans, laissant entrevoir d’importants moyens. Envisagée dans les classiques, elle a couru une préparatoire, terminant cinquième. Elle s’est classée quatrième – bien battue – au niveau Listed à Newbury, à 3 ans, face à des pouliches de Groupe. Elle s'est accidentée, et cette tentative au niveau black type fut sa dernière sortie publique. Lazzat est le premier produit de la poulinière, qui a également donné une yearling issue de Golden Horde (Lethal Force). Elle a un foal par Lope de Vega (Shamardal) et a rencontré Siyouni (Pivotal) en 2024.


JDG 09/06/2024

Comments


bottom of page